En avoir ou pas : les pensées négatives

Je suis tombée il y a quelques jours, sur une vidéo dans laquelle, on nous disait que les pensées négatives, ce n’était pas bien et qu’il valait mieux ne pas en avoir ! J’avoue que je suis restée scotchée devant l’écran en me disant « c’est quoi ces histoires ? » J’ai eu envie, du coup, de faire un article pour essayer d’éclairer un peu sur le sujet qui est à mon avis, source de malentendu.

Le judéo-christianisme est encore passé par là avec ses notions de bien ou de mal. Le joyeux, le positif, ce qui vous motive et vous valorise, ça c’est bien ! Ce qui juge, critique, dévalorise, ce qui est triste, ça c’est pas beau !

Mais c’est uniquement un jugement de valeur qui a été établi il y a belle lurette et il faut absolument arrêter avec ça. Vos pensées ont la valeur que vous leur donnez ou que les autres leur donnent donc si vous jugez vos pensées mauvaises ou négatives, vous allez faire quoi ?

  • vous allez culpabiliser
  • vous allez vous dévaloriser
  • vous allez essayer de changer (peut-être ?)

Les 2 premières réactions qui sont les plus communes quand on juge ses pensées négatives ne vous aideront absolument pas, bien au contraire. Vous allez entrer dans un cercle vicieux puisque ce sont des pensées négatives…

Imaginez, vous venez de renverser de l’eau « oh ! mais qu’est-ce que je suis nulle ! » et là, la petite voix du jugement dira « oh ! c’est pas bien de dire ça ! »… On ne s’en sort pas !!!

Ce qui m’a sidérée dans cette idée qu’il ne faut pas avoir de pensées négatives, c’est que déjà c’est un jugement donc c’est négatif !

Si vous avez fait de la méditation ou de la relaxation, vous avez sans doute dû observer le flot de vos pensées et remarquer que ça n’arrête pas !!! On entend dire d’ailleurs, parfois encore, que la méditation arrête les pensées. Le Dalai Lama en personne, a bien précisé, qu’il n’en était rien. Les pensées sont là, la méditation permet d’observer ses mécanismes, de prendre du recul et d’apaiser le mental mais n’arrête pas les pensées, elles sont le propre de l’être humain. Il y aura toujours un « j’ai chaud, j’ai soif, ça me gratte, j’en ai marre… » et c’est normal, c’est notre nature et on ne peut arrêter ça.

Le mental est vu comme un petit singe qui sauterait partout, de branche en branche. Vous pouvez le calmer mais on ne vous demandera en aucun cas de tuer le singe ! Parce que c’est vous !

A partir du moment où on ne peut arrêter les pensées, je ne vois pas comment on pourrait arrêter les pensées négatives…La méditation permet d’avoir moins de pensées dans tous les sens, on peut donc les observer calmement et c’est ça qui est intéressant : découvrir à quoi je pense tout le temps, comment se font les liens entre mes pensées…et petit à petit, le singe se déplace avec douceur et tranquillité.

Reconnaître ses mécanismes

Nos pensées sont censées construire notre monde, si on voit le verre à moitié vide, on se plaindra tout le temps et notre monde sera moche. Si on se plaint tout le temps de son voisin, nos relations ne vont pas s’améliorer…Voilà pourquoi on pointe du doigt les pensées négatives. Je vous propose ici quelques possibilités de changement.

  • Observer vous, prenez le temps de vous poser ou de méditer, respirez et prenez l’habitude d’observer vos pensées. Vous pouvez également les noter et vous verrez petit à petit ce qui vous préoccupe et de quelle façon et la cerise sur le gâteau c’est que l’observation et la prise de conscience font bien souvent disparaître, comme par enchantement, les jugements négatifs.
  • Ne pas juger. Si je dis du mal d’une personne, ok, je m’en suis aperçue, c’est déjà le 1er pas. Le 2ème serait de comprendre pourquoi j’ai fait ça, de quoi j’ai besoin en fait ? D’être reconnue, écoutée, respectée ??? Qu’est-ce qui m’embête vraiment ? C’est difficile de faire cette introspection mais là aussi petit à petit, on fonctionne autrement avec des pensées plus valorisantes et motivantes et une vie qui va avec !
  • Utiliser le système de Christine Lewicki, « j’arrête de râler »(Pocket) en portant un bracelet qu’on change de bras à chaque fois qu’on a une pensée dévalorisante ou négative. On se rend ainsi compte de son fonctionnement et on le change assez vite. Le challenge « j’arrête de râler » dure 21 jours car on a remarqué qu’il faut 21 jours pour changer une habitude et en installer une nouvelle.
  • La boite à poisons. Lorsque vous avez une pensée qui tourne en boucle et vous absorbe, vous pouvez la noter sur un papier et la mettre dans une boîte destiné à cet effet. Une fois qu’elle sera là, elle ne sera plus dans votre tête !! C’est véridique, je l’ai testé ! Certaines pensées nous prennent beaucoup d’énergie, cette méthode est très efficace pour s’en libérer.
  • Utiliser des pensées positives à la place. C’est un des conseils qu’on entend souvent et qui me plaît le moins, je dois le dire car pour moi, pour que ça marche, il faut y croire vraiment, il faut que l’idée soit intégrée en vous sinon, ça ne fonctionne pas. Si vous avez l’habitude de dire « je suis nulle » et que vous vous obligez à répéter « je suis formidable » à la place, l’idée va faire son chemin mais en général, c’est insuffisant parce que vous n’y croyez pas. Mais vous pouvez essayer, on est tout différents et les pensées n’ont pas le même impact sur chacun d’entre nous.
  • Le travail de Byron Katie. Vous pourrez trouver sur internet la présentation de ce travail ainsi que les livres. Vous serez incité à vous poser des questions sur vos pensées qui vous amèneront à les revoir et même parfois à retourner complètement la situation et votre vision des situations. C’est intéressant pour apprendre à se connaître et penser autrement en conscience.

L’idée en réalité, n’est pas d’arrêter ce que nous jugeons négatif mais plutôt d’arrêter de juger, d’arrêter de se juger et de retrouver la paix. Alors lâchons-nous la grappe avec ces jugements de valeurs, n’ajoutons pas du stress à une époque où il domine déjà !

Nassrine Reza – Le pouvoir de l’accueil –