Être dans son corps

A première vue, cette expression « être dans son corps » peut paraître totalement absurde et vous pourriez me dire « mais où pourrais-je me trouver ailleurs que dans mon corps ?  » Oui, totalement absurde !!

Et pourtant, il y a tellement de personnes qui se baladent à côté de leurs pompes, les yeux pas en face des trous, ça vous dit quelque chose ?

Naissance énergétique  – incarnation

Au moment de la naissance ou un peu avant, l’âme ou la conscience vient s’installer dans le corps et l’habiter pleinement.

C’est ce qu’on appelle s’incarner.

S’incarner, c’est être dans son corps, ce corps qui nous permet d’expérimenter la matière, la réalité de cette vie, le monde des sensations et des ressentis, la souffrance, la douleur, la tristesse mais aussi le plaisir, la douceur, le désir…

Pourquoi on serait ailleurs ? et où d’ailleurs ?

Les traumatismes divers, les chocs physiques également, déclenchent un mouvement de la conscience hors du corps, c’est un système de protection. Par exemple, en cas d’agression, on se coupe du corps pour ne plus sentir ce que l’agresseur nous fait subir parce que c’est insupportable.

Mais il arrive qu’on ne se soit jamais véritablement incarné pour différentes raisons : si l’accouchement était long et douloureux, si l’incarnation s’avérait douloureuse, en cas de décès d’un jumeau…

Dans ce cas, la conscience n’est pas loin mais le corps n’est pas habité totalement car c’est par le corps que nous avons des sensations, c’est par le corps que nous vivons pleinement mais si nous avons trop souffert, nous préférons éviter de nouvelles mauvaises expériences et fuyons ce corps. J’ai souvent entendu aussi des enfants dire que le corps est comme une prison. Il est bien trop petit pour des consciences développées et pour un enfant, c’est insupportable de ne pas pouvoir faire ce qu’il veut à cause de ce petit corps dépendant des adultes.

Signes qu’on n’y est pas

Il existe de nombreux signes mais attention ils peuvent varier d’une personne à l’autre et d’une expérience à l’autre, les expressions citées plus haut sont assez éloquentes avec aussi « être à côté de la plaque », « être à l’ouest »…

On peut donc se sentir confus, avoir du mal à réfléchir, à suivre une conversation, à mémoriser,

On peut avoir la sensation de flotter, de ne pas vraiment être là, avoir des vertiges,

On peut se voir de haut, comme si la conscience était au plafond,

Certains seront hypersensibles et même poreux, d’autres, tellement coupés de leurs ressentis, diront qu’ils ne sentent rien !

Certaines personnes peuvent être maladroites, se cogner, ne pas être douées en sport,

Il peut y avoir des problèmes de vue,

La voix peut être aiguë,

Le fait d’être beaucoup dans la lune, de bouder, de s’intérioriser tout le temps, de lire tout le temps ou de passer des heures devant les vidéos, les écrans peuvent être des signes qu’on n’est pas là et l’ailleurs est tellement plus attirant !!!!

On peut aussi avoir du mal à s’investir, à faire des choix, à se sentir soutenu dans la vie,

Ou chercher les sensations fortes pour en avoir quand même !

Que faire ?

Vous pouvez vouloir être dans votre corps, sentir et ressentir, faire du sport, vous faire masser, expérimenter ce monde de sensations mais je n’ai encore pas rencontrer de moyen meilleur que certaines approches faites en général par des passeurs d’âmes et des énergéticiens.

Le passeur d’âme accompagne les personnes dans les expériences de transition : la naissance, le passage à l’adolescence, à l’age adulte, l’arrivée des règles, la ménopause, le changement d’activité, la maladie et la mort.

Il peut donc vous accompagner pour sentir ce que c’est que d’habiter pleinement votre corps, ce sera une deuxième naissance, une naissance énergétique. Cela peut se réaliser soit sous forme de rituel avec vous, soit le passeur agit seul.

Je le fais depuis plusieurs années et j’expérimente depuis un an une nouvelle façon de faire qui apporte tellement de changements ! La personne n’est clairement plus la même en repartant et c’est salutaire pour tous les hypersensibles, les enfants qui ne se sentent pas bien, qui ont du mal à s’adapter mais aussi les adultes qui se sentent mal sans savoir pourquoi, qui ont eu un accident ou un gros traumatisme…Ce que j’aime, en plus, dans cette méthode, c’est que toute personne peut la réaliser à nouveau en toute autonomie si besoin.


C’est en étant dans son corps qu’on peut vivre pleinement cette vie, qu’on peut l’expérimenter et être heureux. Le fait de boire et de fumer donne l’illusion d’une vie plus cool, plus douce alors que cela vous emmène encore un peu plus loin de vous-même. Je vous assure que c’est aussi très kiffant d’être vraiment dans son corps.

La voix se pose, se fait plus grave, le regard change physiquement mais aussi dans la conscience, c’est comme si on découvrait son environnement, la lumière, les couleurs. On se sent plus solide, plus fort et on découvre qu’on s’était trompé !!! Le corps n’est pas la source de la souffrance, être dans son corps, c’est goûter pleinement la vie, le plaisir de la vie !

Une réponse sur “Être dans son corps”

Les commentaires sont fermés.